Le café zapatiste

Accueil > Nouvelles du Chiapas > Actualité des luttes autonomes au mexique

Actualité des luttes autonomes au mexique

samedi 15 avril 2017, par Contact

Nous vous invitons à une soirée-rencontre exceptionnelle le mercredi 3 mai à Barricade, dès 18h30 :

RENDEZ-LES-NOUS VIVANTS - UNE ACTUALITÉ DES LUTTES AUTONOMES AU MEXIQUE RENCONTRE AVEC LE JOURNALISTE INDÉPENDANT JOHN GIBLER, AUTEUR DE "RENDEZ-LES-NOUS VIVANTS" ET ANNA TOUATI DES ÉDITIONS CMDE

Le 26 septembre 2014, à Iguala, dans l’État du Guerrero, au Mexique, 6
personnes sont assassinées et 43 étudiants de l’école normale rurale
d’Ayotzinapa disparaissent après avoir été poursuivies par la police. Pour
beaucoup de Mexicains, l’implication des forces de police, de l’État et du
narcotrafic dans cette affaire est évidente.

John Gibler, journaliste indépendant et connaisseur des luttes autonomes
mexicaines, a entrepris une investigation de longue haleine se basant sur
la parole de témoins et de rescapés de ce crime d’Etat. Avec l’ouvrage « 
Rendez-les-nous vivants », il livre aujourd’hui une histoire orale des
événements, à l’encontre de la version officielle donnée par les
autorités.

Nous évoquerons avec lui cette démarche de recueil de témoignages et
plongerons dans les méandres de la politique mexicaine qui conduisent à de
telles exactions, en toute impunité. De là, nous ferons le lien avec les
luttes quotidiennes des communautés indigènes, notamment zapatistes, leur
situation actuelle et comment celles-ci, avec le Congrès national
indigène, ont proposé la création d’un Conseil indigène de gouvernement
dans le cadre des élections présidentielles prévues fin 2018."

http://www.barricade.be/agenda/2017/05/03/rendez-nous-vivants-une-actualite-luttes-autonomes-au-mexique

Si nous ne savons plus très bien où tourner notre regard ni qui écouter
pour envisager un présent et un avenir sereins, peut-être que ce qui se
passe au Mexique du côté du Congrès National Indigène peut nous éclairer.

"... [Lancer un appel] aux peuples originaires de ce pays, aux collectifs
de la Sexta, aux travailleurs et travailleuses, fronts et comités de
lutte dans les campagnes et dans les villes, aux communautés étudiante,
intellectuelle, artistique et scientifique, à la société civile
non-organisée et à toutes les personnes de bon cœur à serrer les rangs et
passer à l’offensive, démonter le pouvoir d’en haut et nous reconstituer
non seulement en tant que peuples mais aussi en tant que pays, en bas et
à gauche, à joindre nos forces dans une seule organisation où la dignité
sera notre dernier mot et notre première action... à nous organiser et
arrêter cette guerre, à ne plus avoir peur de nous construire et de nous
ensemencer sur les ruines que le capitalisme laisse derrière lui..."

Lire : http://cspcl.ouvaton.org/spip.php?article1291